Transformation boite plastique en terrarium

Aménagement d’une boite en plastique en terrarium
 
 
 
Introduction :
Inspiré de l’ancienne installation de Charly Merminod j’ai eu envie de tester la reconversion d’une caisse en plastique en terrarium ceci couplé à la méthode des « murs végétaux ».
le principe générale est de tapisser les parois de la caisse avec du feutre horticole sur lequel on va faire goutter de l’eau qui va ruisseler sur le textile pour finir par être évacué dans un bac de récupération sous le terrarium pour y être pompé et ré-envoyer dans les goutte à goutte. C’est donc une circulation d’eau permanente en circuit fermé.
 
 
 
Fonctionnement général du système. (a) terrarium incliné (b) niveau de l’eau qui s’accumule au fond du terrarium (c) évacuation d’eau (d) bac de récupération de l’eau drainée qui sera réinjectée dans le système par une pompe d’aquarium (e) goutteur de jardin (type Gardena) qui permet à l’eau de ruisseler sur le feutre horticole qui tapisse les par ois du terrarium.
 
Une caractéristique intéressante du bac en plastique (boite de rangement comme on peut en trouver dans diverses grandes surfaces) comparé au terrarium en verre est qu’on peut facilement percer les parois pour faire passer le système de goutteurs, les aération et l’éclairage.
 
Un point important est qu’il faut que le terrarium soit incliné pour que l’eau s’accumule bien au fond et ne déborde pas en façade.
 
Une autre indication importante est que la caisse en plastique doit être suffisamment rigide pour ne pas se déformer sous l’effet de la chaleur et des contraintes mécaniques.
 
 
Voici en image et en couleur ce que ça donne :
 
 

(a) géotextile
(b) évacuation d’eau bouchée par un grillage en plastique
(c) goutteurs de jardin
(d) éclairage néon grâce à des trous percés à la scie cloche et bouchés par un grillage fin.

 
 
Après l’installation de quelques plantes et billes d’argile :
 
 
 
Vue de 3/4
 
 
Notez l’utilisation d’une réglette en L (en noir) pour retenir les billes d’argile et d’une gouttière en U (en blanc) destinée à recevoir la vitre de façade. Tout ça collé au silicone. On peut voir le bac de récupération sous le terrarium. J’ai finalement modifié le montage pour rendre le bac de récupération amovible pour pouvoir changer l’eau et le nettoyer facilement et régulièrement. L’aspect extérieur est assez « ingrat » on peut donc imaginer un habillage externe de la caisse…
 
 
Une vue sur la zone d’évacuation de l’eau :
J’ai décidé de laisser cette zone dégagée et en libre accès aux animaux : ce secteur étant continuellement rempli d’environ 1cm d’eau renouvelée en permanence, ça fournit une zone de baignade idéale.
 
On camoufle les billes d’argile avec de la mousse de foret :
 
 
Selon le principe du « mur végétal », les divers plantes grimpantes devrons coloniser le feutre horticole maintenu humide par les goutteurs (qui peuvent n’être mis en marche qu’une partir de la journée si la pompe est sur minuterie).
 
Un bon site sur les « murs végétaux » : http://www.orchidee.cjb.net/materiel/Construction_mur_epiphytes_1.htm
 
 
Une idée de l’évolution 4 mois plus tard :
 
 
 
 
 
Bien sur ce type d’installation ne peut rivaliser avec un terrarium en verre bien équipé mais ça peut être une solution intermédiaire à moindre coût.
 
Le coût total est difficile a estimer car j’ai utilisé du matériel de récupération… j’imagine que hors pompe cela doit revenir à 15-20 euros pour un terra de 40 cm de face sur 30 cm de haut et 40 cm de profond.
 
 
Article rédigé par Aboriginal73

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×